Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Probité, intégrité, sincérité, ...

Les hommes politiques ont-ils un "sens moral" ?

Probité, intégrité, sincérité, équité …

L’humanité a inventé une kyrielle de définitions pour définir des comportements simples et cohérents permettant de faciliter l’organisation de la vie sociale. Cette codification des comportements à l’usage de tous est basée sur une analyse de l’histoire des hommes et de son évolution. Cependant, l’observation du pouvoir et de ceux qui l’exerce montre en permanence une « fracture » entre ces comportements favorables au développement de l’humanité et les comportements habituels de ceux qui veulent exercer des rôles de dirigeants de ladite humanité.

En un mot comme en cent, diriger les groupes humains n’a rien à voir avec le sens ordinaire de la réussite personnelle.

Que l’on parle de probité, de rectitude, de sincérité, d’équité, de franchise, d’honnêteté, d’impartialité, de justice, de loyauté, de moralité, de conscience, de sens moral, de mérite, de pureté, de vertu, d’intégrité, c’est toujours pour se référer à des objectifs qui n’ont rien d’individuel.

La réussite d’une culture, d’une civilisation est liée à des impératifs définis par des connaissances à un moment donné de l’histoire et mises en œuvre par des individus conscients de la nécessité de valeurs collectives permettant d’assurer l’avenir d’un groupe donné.

C’est ce qui explique que des sociétés ont pu s’effondrer lorsque des événements imprévus pour nous autres humains ont bouleversé les règles du pouvoir en place. Chaque fois qu’un pouvoir s’installe, il dispose d’une force de cohésion directement liée à la capacité de ses dirigeants de mobiliser les ressources collectives afin d’assurer la suprématie de son organisation face à tous les dangers qui se présenteront.

La force d’un homme sur son environnement est liée à sa capacité de mise en œuvre de forces assurant la qualité de sa vie courante et à sa capacité de donner envie de la partager. Il faut donc partager des valeurs et partager des modes de vie pour diffuser l’envie.

Mais la Nature se comporte de manière aléatoire, avec des adaptations permanentes selon des schémas que la science tente d’appréhender, tandis que les politiques nous présentent des schémas déconnectés des réalités de notre environnement. L’un des meilleurs exemples reste « la folie des grandeurs », le « scientisme », ou encore les « mythes de l’éternité » qui aboutissent à ne pas tenir compte des réalités ordinaires au profit de rêves ou de fantasmes mettant en danger notre société.

Ces politiciens et autres arrivistes qui ne voient que leur « ego » sont en fait des dangers permanents pour l’avenir de l’humanité et leurs actes devraient être analysés et surtout critiqués. Toute décision qui engage l’avenir devrait faire l’objet de recherches ouvertes à tous et confrontées aux critiques des plus grands cerveaux, mais aussi de nos meilleurs calculateurs et autres simulateurs. C’est bien loin d’être le cas et nos sociétés se comportent comme des bateaux ivres au gré des fluctuations des volontés individuelles gouvernées par des soucis totalement irrationnels. Les divagations des menteurs compulsifs que sont la grande majorité des hommes d’État ou des hommes d’affaires restent un risque permanent.

Pourtant , nos connaissances progressent, nos capacités d’analyse s’approfondissent, rien n’empêche donc en théorie une amélioration de notre « bien-être », sauf à être étouffés par des irresponsables qui confisquent le savoir et le cantonnent à rester une annexe de recherches scientifiques déconnectées des outils du pouvoir.

Le pouvoir serait réservé à des « sachants » sortis d’un système magique que les analystes n’ont pas le droit d’étudier.

Cette phrase courte résume la place du droit dans notre société et ses contradictions inhérentes.

Il y a derrière la politique une conception de la société qui considère l’Égalité comme une dangereuse utopie, la Liberté comme un fantasme, et la Fraternité comme un miroir aux alouettes.

Le moins que l’on puisse dire est qu’il y a du boulot pour assurer l’avenir !!!!!!!!!!!!!

Écrire un commentaire

Optionnel